Une entrevue avec le Canadian Bluegrass Band, Hay Fever

Contacter l'auteur

Hay Fever est un groupe novateur de bluegrass basé à Winnipeg, au Manitoba. Les membres du groupe ont principalement des antécédents de musique classique, mais apportent des influences telles que le jazz, la pop et la musique country.

Le chanteur et auteur-compositeur principal du groupe, Zohreh Gervais, a pris un peu de temps pour me parler de la formation du groupe, de la façon dont ils créent de la musique et de leurs sources d'inspiration. Elle a également parlé des thèmes explorés dans le dernier album de Hay Fever, The River, et du processus d'enregistrement de l'album.

Entretien avec Zohreh Gervais de Hay Fever

Karl Magi: Comment Hay Fever a-t-il commencé en tant que groupe?

Zohreh Gervais: Maddy Hildebrand (basse) et moi avons étudié la musique ensemble à l'université donc il y a quelques années je lui ai demandé si elle voulait créer un groupe. En fait, je n'avais jamais fait partie d'un groupe auparavant et j'étais vraiment nerveux à l'idée de jouer mes chansons avec d'autres personnes. J'avais fait beaucoup de travail en tant que musicien classique, mais je n'avais jamais «brouillé» ou joué dans un cadre moins formel. Elle a accepté de m'humourer et nous avons décidé de nous réunir pour jouer certaines des chansons que j'avais écrites. En réunissant Hay Fever, nous avons réalisé que nous avions vraiment besoin d'un joueur de banjo. Je savais que Greg Hay jouait du banjo alors nous l'avons contacté et amené dans le groupe. Heureusement pour nous, il joue également du dobro, de la mandoline et du violon. De là, il a amené Mason dans le groupe. Mason est notre guitariste et l'autre chanteur du groupe. Finalement, nous avons rencontré Ameena Bajer-Koulack, qui est devenue notre violoneuse principale et qui joue aussi du banjo clawhammer. Le fait que trois d'entre nous pouvons échanger des instruments et des voix en fait un groupe super amusant à travailler. Nous avons beaucoup de couleurs instrumentales parmi lesquelles choisir pour une chanson donnée, ce qui est un énorme bonus pour moi en tant qu'auteur-compositeur.

KM: Parlez-vous des diverses influences que chaque membre du groupe apporte à Hay Fever?

ZG: La plupart d'entre nous sont des musiciens de formation classique, mais chacun d'entre nous vient d'horizons légèrement différents. Je suis très influencé par les premiers enregistrements de jazz, le swing occidental, la musique / gospel des racines du sud, et par mon «travail de jour» en chantant des chansons d'art classique et de l'opéra. Maddy est une pianiste de concert qui a grandi dans la communauté mennonite de Steinbach à l'extérieur de Winnipeg. Ils ont une forte tradition de musique chorale là-bas, donc elle apporte beaucoup d'harmonies intéressantes dans le groupe, ainsi qu'une grande oreille pour la structure harmonique.

Mason est une encyclopédie de la musique country et du rock'n'roll. Il peut chanter absolument n'importe quelle chanson de Neil Young ou Bob Dylan, Willie Nelson, Ian Tyson… même des airs incroyablement obscurs. Seul d'entre nous sans formation formelle, il apporte beaucoup d'idées spontanées et peu orthodoxes à nos chansons. Il nous rend aussi beaucoup plus cool que nous. Il était également le seul d'entre nous à savoir comment travailler avec des micros et des micros lorsque nous avons commencé!

Le père d'Ameena (Daniel Koulack) est l'un des meilleurs musiciens folk du Manitoba, alors elle a grandi en se faisant transporter par camion dans divers festivals et camps de violon. Elle a joué avec certains des meilleurs musiciens folkloriques du monde entier, donc elle a un ensemble de compétences vraiment intéressant et de la musique folklorique fantastique et des airs de violon dans son répertoire. Nous aimons qu'elle apporte cela à la table. Greg joue de l'alto au Winnipeg Symphony Orchestra et il aime vraiment le bluegrass. Il apporte une idée plus formelle de la structure que nous recherchons ainsi que de nouvelles idées pour l'instrumentation dans le groupe.

KM. Comment le processus d'écriture de chansons fonctionne-t-il pour vous?

ZG: J'ai écrit des chansons depuis que je suis un tout petit enfant. Ils viennent constamment dans ma tête. Pour moi, il ne s'agit jamais d'avoir une parole ou une mélodie. Les mots et la musique se rejoignent car le rythme des paroles influence le son de la musique. L'écriture de chansons est un processus assez organique pour moi. Il me faut environ une heure pour terminer un brouillon de chanson, puis je modifierai un peu les paroles ou les accords au cours des prochains jours au fur et à mesure que la chanson s'installera.

J'aime vraiment écrire des chansons dans un style influencé par le bluegrass. La façon dont la structure de la chanson fonctionne et le contenu lyrique général de la musique bluegrass résonnent avec moi.

Je suis quelque peu limité par mes compétences en tant que pianiste assez terrible, mais j'en sais assez pour contourner un piano. J'aimerais pouvoir jouer de la guitare parce que ça aiderait beaucoup. Apprendre à jouer de la guitare est sur ma liste de choses à faire depuis de nombreuses années.

Après avoir écrit une chanson, je les envoie généralement à Greg. Je lui enverrai un enregistrement de moi chantant et jouant du piano. Quand il aura les chansons, il choisira les instruments qui, selon lui, conviendront le mieux. J'essaie de ne pas lui donner d'idées car je suis curieux de voir ce qu'il propose. Tous les autres membres du groupe apportent également leurs idées sur les instruments qu'ils aimeraient entendre. Greg rit toujours parce que nous passons par beaucoup de chansons et je veto juste les chansons qui ne l'attrapent pas immédiatement.

KM: Quels étaient les thèmes que vous vouliez explorer sur The River?

ZG: Vivant à Winnipeg, il y a ce courant constant d'actualités sur les femmes disparues et assassinées. Lorsque j'ai déménagé à Winnipeg pour la première fois, j'ai vu des choses assez atroces et violentes arriver aux femmes du quartier où j'habitais. C'était un quartier assez sommaire de la ville. Cela a toujours été quelque chose avec lequel je me débattais parce que j'aime vivre ici. Je pense que c'est une ville fantastique et les gens ici sont merveilleux, mais il y a ce ventre sombre, un œil aveugle qui est tourné.

Partout où vous allez à Winnipeg, l'accès à la rivière est très facile. Il est si trouble et rempli de sédiments que vous pouvez y mettre quelque chose, il est parti en 20 secondes et vous ne pouvez pas le trouver pour la vie de vous. C'est terrifiant. Je ne laisserais jamais mes enfants près de cette rivière.

Toutes ces nouvelles ont été publiées et j'ai été profondément touchée par elles, c'est donc de là que vient l'inspiration pour la chanson «The River». Certaines des autres chansons comme le premier morceau de l'album "Break My Back" et "Old John" ont également été inspirées par ces nouvelles. Les chansons sont allées ensemble parce que c'était quelque chose qui me préoccupait. Ils n'étaient pas écrits ensemble, mais ils font partie de l'histoire du même personnage fictif.

Les autres chansons de l'album sont des extraits de vie racontés du point de vue d'une femme. Il y a une chanson sur l'amour entre une mère et son enfant et une chanson qui parle des difficultés d'un mariage. Ce sont des chansons sur des choses que les gens traitent quotidiennement racontées de mon point de vue. Mason a contribué une chanson à l'album qui m'est incorrectement attribuée. Il a écrit «Realign», une chanson qui a été écrite en conjonction avec des conversations qu'il avait eues avec son voisin d'à côté, Percy, qui est un survivant des pensionnats indiens. C'était cool de travailler sur cette chanson et de raconter l'histoire de Percy dedans.

Nous avons également fait un clip pour The River . Nous avons collaboré avec Deco Dawson, un cinéaste de Winnipeg qui est assez bien connu ici et qui a réalisé des films d'art et des vidéoclips de renommée internationale pour Metric. Il était fantastique de travailler avec et a vraiment donné vie à notre vision de la chanson .

KM: Comment le processus d'enregistrement a-t-il fonctionné pour The River?

ZG: Cet enregistrement est la première fois que nous travaillons avec un producteur. Mason a amené son bon ami Grant Siemens. Nous avons adoré travailler avec lui, il était super. Nous avons répété trois ou quatre fois et il est entré et a apporté sa guitare. Il a ajouté des choses où il pensait que nous devrions les ajouter et m'a demandé d'écrire un verset supplémentaire ici ou là juste pour rendre la structure de la chanson plus fluide. Nous sommes entrés en studio avec lui et Shawn Dealey qui était l'ingénieur du son. Ils étaient vraiment fabuleux de travailler avec. Nous avons fait une session d'enregistrement super rapide. Nous avons fait tout l'enregistrement en un jour et demi. Nous avons enregistré vendredi soir, samedi toute la journée et dimanche nous avons fait le mixage initial sur les pistes.

C'était vraiment intéressant de voir, dans les quelques séances qui ont suivi, ce que Grant et Shawn voulaient entendre dans une piste et ce que Greg et moi voulions entendre dans une piste. Greg et moi avons tous deux fait beaucoup d'enregistrements classiques, donc ce que nos oreilles écoutaient était assez différent de ce que Grant et Shawn nous écoutons. Je pense que nous avons tous trouvé que c'était une expérience d'apprentissage assez intéressante.

Nous avons eu de grandes discussions en essayant de trouver l'équilibre pendant le processus de mixage. Par exemple, nous avons un bel arrangement de cordes sur la rivière. Shawn et Grant n'avaient jamais vraiment travaillé avec un arrangement de cordes comme ça, alors ils voulaient qu'il soit fort tout le long parce qu'ils pensaient que c'était si beau et si luxuriant. Ils voulaient le mettre en vedette, mais Greg et moi avons tous deux convenu que ce n'était pas une fonctionnalité, c'était juste censé être une toile de fond. C'est le banjo qui était la vedette. Nous avons tous dû faire des compromis sur différents points à la fin, mais nous avons un record dont nous sommes vraiment satisfaits à la fin.

KM: Quels sont les plans futurs de Hay Fever?

ZG: Nous avons délibérément refusé de faire une tonne de spectacles et de tournées parce que nous avons tous une carrière solo occupée en tant que musiciens, il est donc très difficile de coordonner nos horaires. Cet été, nous avons organisé une petite mini-tournée à Clear Lake, au Manitoba et dans cette région. Nous sommes impatients de faire quelques concerts discrets cet été. Nous avons travaillé sur un tas de nouvelles chansons, donc j'espère que nous aurons un autre album en cours l'année prochaine. Nous avons des collaborations cool à venir qui ont à voir avec nos connexions avec le monde de la musique classique. Nous ne faisons que voir où les choses vont, en toute simplicité et en appréciant vraiment écrire des chansons et de la musique ensemble.

KM: Comment rechargez-vous collectivement vos batteries créatives?

ZG: Nous avons tous des façons différentes de le faire, évidemment, mais l'un des sentiments dominants que nous avons est que nous aimons tous travailler ensemble, mais dès que nous avons trop de choses à faire en même temps, ce projet commence à ressembler trop à travail. Nous avons commencé Hay Fever comme un moyen de s'amuser et de jouer de manière créative avec la musique d'une manière totalement différente de ce que nous faisons habituellement de manière professionnelle.

Nous venons de lancer notre CD il y a quelques week-ends et ce même week-end où nous avons joué au Festival Du Voyageur, c'était des concerts consécutifs. C'était génial parce que nous étions vraiment serrés, mais après nous nous sommes dit: «Plus de ça! Nous devons juste faire d'autres choses pendant un certain temps. » Nous nous retrouverons pour commencer à jouer avec du nouveau matériel dès que nous nous sentirons tous rechargés.

Pour certains d'entre nous, cela signifie voyager, pour d'autres, cela signifie travailler sur des projets totalement différents. Nous aimons tous la nourriture, donc manger et cuisiner ensemble est notre façon non musicale préférée de se ressourcer en groupe. Greg fait les bagels les plus incroyables, et nous avons eu beaucoup de répétitions avec une tarte au four. Un groupe qui cuisine ensemble reste ensemble, non?

Étiquettes:  éducation politique vacances 

Des Articles Intéressants

add