Bâtards, morsures de serpent et sacrifice: Motörhead dans les années 1990

Contacter l'auteur

Ils étaient Motörhead, et ils ont joué du Rock 'n' Roll!

L'opinion populaire voudrait vous faire croire que le hard rock et le heavy metal sont morts au cours des années 1990, mis de côté par l'assaut de nouveaux rockeurs hip hop comme Nirvana et Pearl Jam ...

... à laquelle Lemmy Kilmister et sa joyeuse bande de maraudeurs à Motörhead ont répondu: "F *** that." Que les tendances musicales soient maudites, Motörhead a simplement continué à faire le tour du monde à travers le monde tout au long des années grunge, continuant de faire exploser les esprits (et les tympans) de leurs fidèles fidèles du monde entier.

Malgré les tracas semi-réguliers avec les maisons de disques, le personnel et la direction, Motörhead a été incroyablement prolifique au cours des années 1990. À la fin de la décennie, ils avaient lancé six albums studio et un disque live, donnant effectivement le majeur aux experts en musique qui avaient proclamé leur musique «morte». Si vous avez perdu la trace du groupe pendant ces années hors du radar, ce serait le moment idéal pour vous rattraper sur cette période sous-estimée de Motör-mania.

1991-92: Major Label Malaise

Les années 80 se sont terminées avec Motörhead aux prises avec leur ancien label et leur ancienne direction devant les tribunaux, ce qui les a tenus à l'écart du studio d'enregistrement pendant quatre ans. Cependant, ils ont en fait commencé les années 90 dans une forme relativement bonne, avec un accord récemment signé avec un label majeur (WTG / Epic Records, une division de Sony Music). Leur premier album de la nouvelle décennie, 1916, a été salué comme un retour massif, avec des coupes tueuses comme "I'm So Bad (Baby I Don't Care)", "No Voices in the Sky" et "RAMONES" ( un cri aux cousins ​​spirituels de Lemmy à New York). L'album n'a pas mis le feu aux palmarès, mais il a été nominé pour un Grammy "Best Metal Performance" (qu'il a perdu face à l'album "Black" de Metallica).

En mars 1992, Die ör Die a vu le groupe tenter de mettre un éclat plus lisse et plus commercial sur le son Motörhead, et a présenté des apparitions invitées par certains des amis célèbres de Lem comme Ozzy Osbourne et Slash of Guns N Roses (sur "I Ain't No Nice Guy "). Le morceau "Hellraiser" (qu'Ozzy a également enregistré pour son album No More Tears ) a été utilisé dans le film d'horreur Hellraiser III: Hell on Earth, et a été transformé en un clip où Lemmy a joué un jeu de poker à enjeux élevés contre le méchant du film, Pinhead. March ör Die a également vu l'ancien batteur de King Diamond / Don Dokken Mikkey Dee rejoindre le giron. Tommy Aldridge avait joué sur la plupart de l'album en tant qu'arme à feu, mais Dee est venu à bord à temps pour jouer sur "Hellraiser". J'ai toujours aimé cet album mais March ör Die a été gravement ravagé, n'a pas réussi à vendre et a conduit à la fin de leur période de label majeur.

"Je suis si mal (bébé je m'en fiche)" - 1991

1993-95: Mouvements et secousses

Motörhead s'est dépoussiéré et a rapidement produit Bastards de 1993 pour ZYX Music, une société allemande connue principalement pour la danse et la musique électronique. ZYX avait apparemment des plans grandioses pour percer le marché du rock en donnant à Motörhead sa propre marque, mais la société a rencontré des problèmes de distribution qui ont paralysé la sortie de Bastards, qui était à peine disponible en dehors de l'Allemagne. Lemmy dira plus tard du label: "Ces Allemands ne pouvaient pas distribuer du pain gratuit!"

Le groupe a enregistré une nouvelle version du morceau Bastards "Born to Raise Hell" pour la bande originale de la comédie rock Airheads de 1994 , avec des voix invitées de Whitfield Crane (Ugly Kid Joe) et du rappeur / rockeur Ice-T. Lemmy a également fait une brève apparition dans le film.

Au moment de la sortie de Sacrifice en 1995, Motörhead avait réglé ses problèmes de label en signant avec le label SPV pour l'Europe et le label rétro-rock américain CMC International Records for America. Ces deux labels ont distribué leurs albums pour les prochaines années.

Motörhead a également stabilisé sa gamme à cette époque. Le guitariste de longue date Wurzel a quitté le groupe, les réduisant à un morceau composé de Lemmy, du guitariste Phil Campbell et du batteur Mikkey Dee. Cette gamme s'est avérée être la plus stable de Motörhead, jusqu'à la fin du groupe en 2015.

(Fait amusant: la photo de Wurzel a été incluse dans les crédits de Sacrifice en Europe, mais il a été rogné hors de l'édition américaine.)

"Né pour ressusciter l'enfer" (1993)

1996-1999: toujours en enfer

Le trio revitalisé de Lemmy, Phil et Mikkey était sur une lancée pour le reste des années 1990, broyant deux autres excellents albums studio ( Overnight Sensation de 1996 et Snake Bite Love de 1998), couronnés par un disque de concert live triomphant enregistré devant une foule fanatique de fans allemands ( Everything Louder Than Everyone Else 1999). Le seul "changement" majeur dans le camp de Motörhead pendant cette période peut être vu sur la couverture d' Overnight Sensation, qui montrait un Lemmy rasé de près, sans sa marque de fabrique de moustache et de favoris de mouton! (Les poils du visage légendaires reviendraient quelques années plus tard.)

Recyclage et ré-hachage ...

En raison de leur longue histoire avec tant de maisons de disques différentes, Motörhead a souvent fait l'objet d'albums de compilation douteux "Best-Of" ou "live" sortis par d'anciens labels. Un flux constant de telles sorties est apparu tout au long des années 90, dont la plupart n'étaient pas autorisées par le groupe, mais elles étaient impuissantes à les arrêter. Les fans occasionnels pourraient se débrouiller avec les meilleurs packages de morceaux comme The Best of Motörhead ou All the Aces, et les complices de tout ce qu'il faut pour le hardcore trouveront probablement des enregistrements de concerts du saut comme Live in Brixton '87 ou Live (un concert fréquemment réemballé en 1983 du programme radio King Biscuit Flower Hour ) intéressant, mais les albums studio sont où le vrai bon côté est!

"Iron Fist" en direct en Allemagne, 1998

Continuer à écraser

La campagne de choc et de respect du rock'n'roll de Motörhead ne s'est pas arrêtée à la fin des années 1990. Ils ont continué à se frayer un chemin dans le 21e siècle, libérant huit (!) Albums studio supplémentaires et un nombre apparemment sans fin de concerts et de CD en direct jusqu'à la mort intempestive de Lemmy en 2015. Le groupe a laissé un catalogue qui est sacrément intouchable dans ce livre de fanboy, et si vous ne connaissez que des "tubes" comme "Ace of Spades" ou "Killed By Death", je vous recommande fortement de faire un "plongeon profond" dans ces coins moins connus de la discographie de Motörhead - - ce sera forcément une expérience d'écoute enrichissante.

Vive Lemmy et donne-moi Motörhead jusqu'à ma mort!

Étiquettes:  vacances famille des relations 

Des Articles Intéressants

add