Comment réparer un vieux violon

Contacter l'auteur

Tout d'abord, à propos du luthier

Il existe de nombreuses informations déroutantes sur ce luthier. Apparemment, il a commencé à fabriquer des violons à Prague au début des années 1900, puis à Schönbach en Allemagne. J'ai lu qu'en 1936, il vivait encore près de Prague, dans la ville de Kolin. Lui, ou sa famille, a continué à fabriquer des instruments pour l'exportation à New York jusqu'au début des années 1960. Il était un fabricant prolifique de divers instruments avec différents niveaux de qualité des matériaux et de savoir-faire, des instruments étudiants aux copies d'art. L'étiquette indiquant qu'il s'agit d'une copie d'art maître indique qu'il s'agit d'un instrument de meilleure qualité. Il a utilisé des modèles standard de luthiers classiques, notamment Stradivarius, Guarnerius, Nicolò Gagliano, Guadagnini, Testore et Maggini.

J'ai lu que si l'étiquette a un numéro de série, cela indique un instrument de meilleure qualité. En outre, si le numéro, la date et le nom de la copie sont écrits à la main à l'encre, il en va de même. Cette étiquette d'instrument possède ces caractéristiques. N'étant pas un expert, ce violon est dans ce que je considérerais comme une forme correcte. J'ai trouvé que les prix peuvent varier de 800 $ à plusieurs milliers de dollars pour un instrument de cette qualité de ce fabricant. Heureusement, j'ai fait cette recherche une fois mes réparations terminées. Sinon, j'aurais été trop intimidé pour tenter une réparation.

Informations sur l'étiquette du violon

Fabricant de violon: John Juzek

Fabriqué à: Prague, République tchèque

Numéro: 495

Année de fabrication: 1936

Copie d'art: Guadagnini

Démarrage de la réparation

Ma belle-sœur m'a demandé de réparer ce violon. Ne connaissant rien aux violons (et lui avouant ce fait), elle m'a quand même laissé essayer. Quand je l'ai reçu, j'ai constaté que le cou s'était détaché du corps lorsque l'articulation de la colle s'est rompue. Cela ressemblait à une réparation assez simple. La partie délicate serait de serrer le cou avec de la colle fraîche contre le corps et de veiller à ce que l'angle ne soit pas biaisé.

Dégager le violon

J'ai d'abord détaché le violon et retiré le manche et la queue. La queue a été maintenue dans le corps avec une cheville en bois ajustée à la presse. Le cou était assez lâche pour être facilement retiré du corps. J'ai utilisé un outil rotatif avec un petit tambour de ponçage pour retirer délicatement les restes de colle du tenon du cou et de la mortaise du corps. La touche en ébène avait une cicatrice qui pouvait également être facilement enlevée en frottant avec de la laine d'acier. J'en ai acheté de longs, épais et larges élastiques à utiliser comme dispositifs de serrage lorsque je remets le cou en place. J'ai fait un essai pour trouver le meilleur endroit pour placer l'élastique pour bien maintenir le cou en place. Une pince en C était également nécessaire pour exercer une pression vers le bas sur l'articulation du cou.

Pendant que j'inspectais le violon, j'ai également trouvé un petit espace dans une zone, se formant entre le côté et le dessus. La première chose à faire était de coller et de fixer pour fermer ce capuchon. J'ai utilisé de la super colle et une pince en C avec rembourrage.

Retouche de la finition dégradée

Une fois cela fait, j'ai demandé à ma belle-sœur si elle voulait que j'essaye de retoucher la finition très dégradée. La réponse était oui. J'ai poncé légèrement avec du papier de verre de grain 320 suivi de laine d'acier pour érafler la finition existante. J'ai enlevé la poussière avec un pinceau rigide et une serviette en papier humide. Ensuite, j'ai appliqué 3 couches de Birchwood-Casey Finition de la crosse Tru-Oil et diluée à environ 30% avec de l'essence minérale. Chaque revêtement, à l'exception du revêtement final, a pu sécher, puis a été légèrement éraflé avec de la laine d'acier avant le revêtement suivant. Je n'ai pas appliqué Tru-Oil sur le manche ou la touche, et juste un tout petit peu sur le rouleau.

Remettez le cou

Une fois la finition terminée, j'ai utilisé de la colle Titebond 3 pour refixer le cou. J'ai remarqué que la cavité de mortaise avait été initialement marquée avec un couteau pour fournir une surface de préhension pour la colle que je supposais. J'ai utilisé un petit foret pour faire plusieurs petits divots dans le tenon et la mortaise dans le même but. L'élastique a d'abord été étiré autour du corps, puis de la colle a été appliquée sur toutes les surfaces de l'articulation du cou. Il a ensuite été glissé sous l'élastique pour être maintenu horizontalement contre le corps. Une pince en C avec rembourrage a été utilisée pour appliquer une pression verticale au joint. On a laissé la colle sécher pendant 24 heures avant de retirer les pinces. Le cordier a été remis en place et le violon retordu. Ça a l'air bien, mais je ne joue pas, donc je vais devoir attendre que ma belle-sœur l'essaye pour enfin juger de mon succès.

Étiquettes:  vacances Littérature La technologie 

Des Articles Intéressants

add