Revisiter le "Théâtre de la douleur" de Mötley Crüe

Contacter l'auteur

Mötley Crüe— "Théâtre de la douleur"

(Elektra Records, 1985)

Je pensais que Mötley Crüe était le plus grand groupe du monde en 1983 ...

Pour mettre cela en perspective, je n'avais que treize ans, donc je ne connaissais probablement qu'une dizaine de groupes, des tops. Quoi qu'il en soit, j'étais complètement obsédé par le Crüe depuis la première fois que j'ai vu la vidéo de "Looks That Kill" sur MTV. J'ai acheté leur album alors en cours Shout at the Devil dans mon K-Mart local, je l'ai joué sur une boucle presque constante pendant des mois, et j'ai pris chaque numéro de Circus, Creem ou Hit Parader qui mettait le Crüe sur leur couverture avant.

Comme un gamin stupide, j'ai acheté dans le sang, le crochet et le plomb noir en cuir noir satiné du Crüe. J'étais honnêtement convaincu qu'ils étaient le groupe le plus méchant à avoir jamais parcouru la terre. (" Duuuude! Il y a un énorme pentagramme sur la couverture de leur album, et les notes de doublure disent, ' cet album peut contenir des messages en arrière! ' C'est IMPRESSIONNANT! ")

Bien sûr, mon moi à peine adolescent ne se rendait pas compte à l'époque que le personnage plus méchant que toi de Crüe était une image soigneusement conçue, conçue pour susciter la controverse et donc vendre des disques.

"Smokin 'dans la chambre des garçons"

Entrer dans le théâtre de la douleur

Après une longue attente de deux ans, les Crüe ont publié leur suivi de Shout at the Devil . Quand mon auto de quinze ans a entendu Theatre of Pain au milieu des années 85, cela m'a choqué - et pas dans le bon sens. Le look de Mötley Crüe avait changé - ils avaient abandonné leur équipement bad-ass, leather & spikes au profit de ratés plus flashy et plus "glammy" - et leur son avait subi une cure de jouvence radicalement similaire. Grâce au slicker de l'album, aux reflets "pop metal" et aux singles comme "Smokin 'in the Boys' Room" (une reprise du hit de 1973 de Brownsville Station) et la ballade pour piano "Home Sweet Home", Theatre of Pain tourné à # 6 sur le palmarès Billboard et vendu près de quatre millions d'exemplaires.

...devine quoi? Je détestais ça. J'étais tellement content que mon groupe préféré se soit «vendu» que j'ai rendu mon LP Theatre of Pain au magasin et j'ai juré que le Crüe ne retirerait jamais un autre nickel de moi.

Bien sûr, plus de trente ans plus tard, je me rends compte à quel point tout cela semble idiot. Je n'ai jamais pensé à l'époque que les membres du groupe n'étaient pas les seuls à avoir changé - au cours de ces deux années entre 1983 et 1985, j'avais également changé.

Mötley Crüe avait traversé beaucoup de choses au cours des deux années précédant le Théâtre . En décembre 1984, le chanteur Vince Neil a été arrêté pour homicide involontaire au véhicule après un accident avec facultés affaiblies qui a tué son passager, le batteur de Hanoi Rocks Nicholas "Razzle" Dingley, et grièvement blessé deux autres personnes. Vince a purgé moins de 30 jours de prison et est retourné directement aux affaires de Crüe comme d'habitude. Pendant ce temps, le reste du groupe s'enfonçait plus profondément dans la toxicomanie et l'alcoolisme.

Quant à moi, j'avais découvert la scène métal "underground" entre Shout et Theater . J'ai entendu pour la première fois le premier album de Metallica, Kill'Em All, à la fin de 1983 ou au début de 1984, ce qui a conduit à des actes plus discrets et rapides comme Anthrax, Slayer, Raven, Metal Church et Mercyful Fate. Après un régime régulier de ce genre de choses, beaucoup de soi-disant groupes de "métal" que j'écoutais auparavant ne le coupaient plus, alors quand Mötley a abandonné Theatre of Pain, ça sonnait ... positivement mauviette .

La redécouverte

Je suis resté obstinément fidèle à mon boycott personnel de tous les post- Shout Crüe jusqu'à assez récemment, quand j'ai acheté une pile de CD de hard rock des années 80 dans ma friperie locale et j'ai fini par racheter Theatre of Pain . Mis à part "Smokin '" et le terrible "Home Sweet Home", qui sont des incontournables de la radio rock depuis la sortie de Theater, je n'avais pas entendu le reste de l'album depuis très longtemps. Je me demandais si j'aurais une opinion différente de l'album aujourd'hui, ou si je me trouverais d'accord avec Vince Neil, qui résumait le théâtre de cette façon dans le livre révélateur de Crüe 2000 The Dirt (et dans le Netflix 2019 film basé sur lui):

Deux chansons décentes. Le reste est pur s ** t. Croyez-moi, je sais. Je serai le seul sobre là-haut tous les soirs à essayer de le vendre.

- Vince Neil (joué par Daniel Webber) dans le film "The Dirt"

"La douceur du foyer"

La réévaluation

Frapper "jouer" sur Theatre of Pain après plus de trente ans était une expérience étrange. J'ai essayé de garder l'esprit ouvert et de prétendre que c'était un "nouvel" album que je n'avais jamais entendu auparavant, et qui fonctionnait dans une certaine mesure. Ne vous méprenez pas, Theatre of Pain n'est toujours pas un excellent disque - je possède probablement au moins trois douzaines d'autres albums glam metal de la même époque qui sont tout aussi bons, sinon meilleurs. Cependant, je pense que mon adolescence a peut-être été un peu dure quand je l'ai entendu il y a si longtemps.

"City Boy Blues" n'aurait pas été mon choix pour ouvrir l'album; son ambiance de club de strip-tease mi-rythmé aurait été mieux servie si elle avait été placée ailleurs dans l'ordre de marche. La couverture de "Smokin 'in the Boys' Room" est une gâterie ringarde et de haute énergie à travers un châtaignier de rock classique presque oublié. Mon morceau préféré est probablement "Louder Than Hell", qui sonne comme une sortie de Shout at the Devil . "Keep Your Eye On the Money" est un morceau pop-metal jetable; ce n'est pas terrible, ce n'est pas génial, c'est juste là.

Je déteste toujours "Home Sweet Home" avec chaque fibre de mon être, mais cela mène à l'un des meilleurs morceaux de l'album, le battant "Tonight (We Need A Lover)", qui voit le Crüe tourner sur tous les cylindres. Le rapide "Use It Or Lose It" est un remplisseur plus médiocre, et le morose "Save Our Souls" est une dalle assez décente de rock slues bluesy avec un grand crochet. "Raise Your Hands to Rock" commence par quelques grattages acoustiques surprenants (!) Mais s'arrête net une fois arrivé au refrain, qui ressemble étroitement au refrain de "I Wanna Rock" de Twisted Sister, qui a été publié l'année avant le Théâtre . Je ne dis pas que le Crüe a intentionnellement arraché Dee Snider et les garçons, mais la similitude est définitivement là. L'album se termine avec "Fight For Your Rights", un autre hymne générique, mais écoutable et chaleureux.

Après quelques tours, je dirais que j'ai vraiment aimé quatre des dix titres de l'album ("City Boy Blues", "Louder Than Hell", "Tonight" et "Save Our Souls"), ce qui signifie que je l'ai aimé mieux que Vince Neil le fait, pour tout ce qui en vaut la peine.

"Plus fort que l'enfer"

Pour résumer

Revoir Theatre of Pain après toutes ces années s'est avéré être une expérience d'écoute intéressante. Je ne pense pas que je détestais l'album autant que moi quand j'avais quinze ans, mais je n'en suis pas tombé amoureux non plus. Je doute que je vais enquêter sur n'importe quel post- Theater Mötley à moins qu'il ne se présente sur l'étagère de CD de la friperie. Quand je suis d'humeur pour un correctif Crüe, je vais continuer à m'en tenir à mes copies à oreilles de chien de Too Fast For Love et Shout at the Devil .

Étiquettes:  éducation La technologie Entreprise 

Des Articles Intéressants

add