Shadowkiller, critique de l'album "Dark Awakening"

Contacter l'auteur

Shadowkiller— "Dark Awakening"

Date de sortie: mars 2020 via Stormspell Records

Genre: Heavy / Power Metal traditionnel

Pays: USA

Pistes: 8 Durée: 50:53

Shadowkiller du sud de la Californie n'était pas un nom que je connaissais immédiatement lorsque la promo de Dark Awakening est arrivée de les vrais spécialistes du métal chez Stormspell Records. Cependant, une analyse rapide des crédits a révélé que les quatre musiciens qui composent Shadowkiller (le guitariste / chanteur Joe Liszt, le guitariste principal Rob Edwards, le bassiste Dan Lynch et le batteur Rob Neff) ont été impliqués à un moment ou à un autre avec un collègue Stormspell joue Ancient Empire et / ou Hellhound, qui ont sonné quelques cloches. (Poursuivant avec l'ambiance All-In-The-Stormspell-Family, Joe Liszt a également interprété la voix sur deux versions de la défunte Rocka Rollas. Maintenant, votre carte de score est à jour.)

J'ai passé en revue plusieurs des versions antérieures de Ancient Empire pour ce site et j'ai apprécié leurs albums conceptuels ambitieux, inspirés de la science-fiction, qui ont suivi les traces des puissants métallurgistes allemands comme Iron Saviour. Une fois que j'ai appris la connexion de Shadowkiller avec AE, j'étais très intéressé par ce que Dark Awakening aurait à offrir.

Contrairement au catalogue de l'Ancien Empire, Dark Awakening de Shadowkiller (leur quatrième album) ne semble pas être un album "concept" (corrigez-moi si je me trompe, les gars). Les huit titres de Dark Awakening sont un power metal mélodique simple avec des paroles inspirées de la fantaisie qui devraient plaire aux fans de Iron Maiden, Iced Earth et Liege Lord.

"Jericho Hill"

Les chansons

Le morceau d'ouverture de l'album "A Fate to Echo" commence par une interaction plaintive au piano et à la guitare qui rappelle Edge of Thorns -era Savatage (la voix de Liszt sonne même un peu comme Zak Stevens de Savatage à certains moments), qui est l'un de mes tous les temps groupes / albums préférés, nous sommes donc déjà bien partis. Le "Jericho Hill" étouffant de sept minutes (qui est apparemment inspiré de la saga The Dark Tower de Stephen Kings) est un point culminant de Maiden-ish, et "At the River's Edge" bat avec un bel équilibre de mélodie et de crunch. Une intro acoustique sinistre mène à l'épopée "The Witch on the Mountain", mettant en valeur habilement les compétences de guitare de Liszt et Rob Edwards.

Lorsque "Darkness of War" accélère un peu les choses à mi-chemin de l'album, il apporte un peu de la vibe metal power de HammerFall, et je jure que j'entends une légère ambiance rock classique / Deep Purple dans l'obscurité n 'doomy "Sea of ​​Conquest", grâce à des remplissages de clavier de style Jon Lord badass au début de la piste. "Shadows of the Mist" est un métal de vitesse pure coupé dans la veine de Gamma Ray, avec beaucoup de travail de guitare zippy et une voix flamboyante de Liszt. L'album se termine avec sa plus longue piste, "The Fires of Olympus", qui approche la barre des huit minutes et a beaucoup de collines et de vallées pour les joueurs pour montrer leurs compétences.

"Au bord de la rivière"

Pour résumer

Shadowkiller est un groupe de joueurs et interprètes chevronnés qui ont leur savoir-faire musical ensemble et savent certainement comment créer des chansons épiques dans le style heavy metal classique des années 80. Comme d'habitude pour une sortie Stormspell, la production, les illustrations et le packaging de Dark Awakening sont de premier ordre. Le groupe rend hommage au batteur de Rush, Neil Peart, dans le livret du CD, ce qui était une touche de classe supplémentaire.

Si je devais choisir des lentes, je dirais que parfois en écoutant Dark Awakening, je me suis retrouvé à souhaiter que Shadowkiller marche un peu plus souvent sur la pédale d'accélérateur (comme on le voit dans les titres phares "Darkness of War" et "Shadows of the Mist"), parce que la majeure partie de l'album est jouée au même rythme trapu à mi-tempo. Ce n'est pas ennuyeux, mais quelques éclats d'intensité supplémentaires auraient un peu égayé la procédure globale.

Malgré cette plainte mineure, Dark Awakening est une écoute rétro-métal assez agréable et je le recommande aux fans de power metal solidement joué et poli à l'américaine.

Discographie de Shadowkiller:

Les esclaves d'Égypte - Stormspell Records, 2013

Jusqu'à ce que la guerre soit gagnée - Pure Steel Records, 2015

Gardiens du Temple - Elfe de S libéré, 2018

Dark Awakening - Stormspell Records, 2020

Étiquettes:  jeux-hobbies des relations Littérature 

Des Articles Intéressants

add