Topping the Charts: One-Hit Wonders Qui est allé à # 1

Contacter l'auteur

La merveille d'un coup

Depuis 1955, qui est considéré comme le début de l'ère moderne du rock and roll, les palmarès musicaux ont vu des dizaines de succès par des soi-disant merveilles à un coup, dont un nombre surprenant est allé jusqu'au numéro un. Dans cet article, nous examinerons ces chansons et les artistes derrière elles, qui n'ont pas pu répéter la formule magique qui les a amenés tout en haut des classements.

Bien qu'il y ait un débat sur ce qui constitue une merveille unique, le Cambridge English Dictionary le définit comme "un interprète de musique populaire qui réussit un enregistrement mais pas un autre". Pour cet article, nous examinerons les groupes ou artistes dont le succès a atteint le premier rang du palmarès Billboard. Il ne prend pas en compte les groupes ou artistes qui ont pu avoir eu d'autres succès avant 1955, ou qui ont pu avoir des succès dans d'autres genres sur des tableaux spécifiques au genre, ou qui ont pu avoir du succès dans des pays autres que les États-Unis.

Les années 50

Joan Weber a la distinction douteuse d'être la première merveille à un coup de l'ère du rock and roll moderne, et, chose intéressante, à frapper le numéro un, avec sa chanson du 1er janvier 1955, "Let me Go Lover". Elle a ensuite sorti quatre autres chansons qui n'ont pas réussi à frapper et a donc été abandonnée par le Columbia Label. "Let me go Lover" a également été publié en 1954 par Teresa Brewer et, plus tard cette année-là, par les Lancers qui l'ont porté au numéro six. Cette chanson a également été reprise par des légendes de la musique telles que Dean Martin et Patti Page.

Il a fallu un peu plus de trois ans pour qu'un autre numéro atteigne son premier succès, et c'était les Silhouettes, un groupe doo wap / R & B, en février 1958 avec "Get a Job". Cinq autres artistes ont réalisé cet exploit en 1958. Laurie London a frappé en avril avec, ce qui est maintenant considéré comme une chanson pour enfants, "Il a le monde entier entre ses mains". Sheb Wooley l'a fait en juin avec son tube de nouveauté "Purple People Eater". Domenico Modugno est devenu numéro un en août avec son tube international "Nel Blu Dipinto Di Blu (Volare)". En août également, les élégants avec "Little Star". Les Teddy Bears ont clôturé l'année avec leur tube de décembre "To know him is to love him", qui a ensuite été couvert par des notables tels que le trio d'Emmylou Harris, Dolly Parton et Linda Ronstat, ainsi qu'Amy Winehouse, et Martina McBride.

Sheb Wooley, Mangeur de personnes violettes

Les années 60

1960 a vu quatre merveilles à un coup atteindre la première place. Le premier d'entre eux était Mark Dinning, en février, avec son "tearjerker" "Teen Angel". Écrit par la sœur de Mark, Jean, et son mari, Red Surrey, et sorti en octobre 1959, la chanson a monté lentement vers le haut en raison du fait que de nombreuses stations de radio aux États-Unis et à l'étranger, ont refusé de la jouer en raison qu'il soit "trop ​​triste". Malgré cela, "Teen Angel" a quand même réussi à grimper jusqu'au sommet. Il a depuis été présenté sur un certain nombre d'albums de compilation, y compris l'album de la bande originale du film à succès de Spielberg de 1973 "American Graffiti". Mark Dinning a ensuite sorti un autre single, A Star is Born (A Love has Died), en 1960, qui n'a pas été enregistré.

"Ally Oop", The Hollywood Argyles

Les deux chansons suivantes de merveilles à un coup pour figurer en tête des palmarès en 1960 étaient quelques tubes de nouveauté: "Ally Oop" des Hollywood Argyles, en juillet, et "Mr. Custer" de Larry Verne, en octobre. "Ally Opp" est basé sur une bande dessinée diffusée dans les années 30 par le caricaturiste américain VT Hamlin, à propos d'un homme des cavernes du royaume préhistorique fictif de Moo. "Mr. Custer" est un petit air comique sur un soldat moins qu'héroïque de la 7e cavalerie suppliant le général Custer de ne pas le faire aller à la bataille de Little Big Horn. Les deux chansons ont connu une résurgence, en quelque sorte, quand elles ont été incluses dans la sortie des disques de 1975 de Tee Vee "25 Funny Funky Hits".

Maurice Williams et les Zodiacs avec leur tube de novembre "Stay" complètent le numéro un pour 1960.

En mai 1961, Ernie K-Doe est frappé avec la queue du malheur matrimonial "Mother in Law". Bruce Channel l'a fait dix mois plus tard, en mars 1962 avec "Hey Baby". Suivi de M. Acker Bilk en mai de la même année avec "Strangers on the Shore". Kyu Sakamoto a atteint la première place en juin 1963 avec son succès international "Sukiyaki". Décembre de 1963 a vu un coup très surprenant par un artiste tout aussi surprenant lorsque l'interprète belge The Singing Nun (Jeannine Deckers) a pris la chanson de langue française "Dominique" jusqu'au numéro un. Ce petit numéro pittoresque sur Saint Dominique, le fondateur de l'Ordre dominicain, a été enregistré par la religieuse chanteuse en sept langues; Français, anglais, néerlandais, allemand, hébreu, japonais et portugais, et a atteint le top 10 dans 11 pays. C'est aussi la seule chanson belge à avoir atteint le numéro un aux États-Unis. La religieuse chanteuse, alias Jeannine Deckers, était également sœur Luc-Gabrielle de l'Ordre dominicain.

"Dominique", la religieuse chanteuse

Les années 1964, 1965 et 1966 ont chacune vu une merveille à un coup atteindre le numéro un. L'acteur né au Canada et vedette de la populaire télévision occidentale Bonanza l'a fait en décembre 1964 avec son histoire d'un flingueur du Far West, "Ringo". En septembre 1965, Barry McGuire le fit avec sa chanson de protestation "Eve of Destruction", et le groupe anglais The New Vaudeville Band le fit en décembre 1966 avec leur idiote petite chanson de nouveauté "Winchester Cathedral", battant à la fois les Beatles et le "Good Vibrations" des Beach Boys pour un Grammy cette année-là. Il est intéressant de noter que ce groupe était dirigé par le futur directeur de Led Zeppelin, Peter Grant.

1967 n'a vu aucune merveille unique atteindre la première place, mais ils ont explosé en 1968 avec cinq actes réussissant à réussir l'exploit. Fred Lewis et son groupe Playboy avec leur hit "Judy in Disguise (with Glasses)" étaient les premiers de cette année. Ce titre était une pièce de théâtre du titre de la chanson des Beatles "Lucy in the Sky with Diamonds". Les Lemon Pipers ont suivi en février avec "Green Tambourine". En février également, Paul Mauriat et son orchestre avec leur tube instrumental "Love is Blue". En juillet, Hugh Masakela a atteint "Grazing in the Grass". Et pour terminer l'année, Jeannie C. Riley avec son hit de septembre "Harper Valley PTA". Cette chanson, écrite par Tom T. Hall, a fait de Jeannie C. Riley la première femme à avoir atteint le numéro un du Billboard Hot 100 et du US Hot Country Singles Charts. Il a également inspiré le film du même nom de 1978.

Juillet 1969 a vu Zager et Evans au numéro un avec "En l'an 2525 (Exordium et Terminus)". Steam a terminé avec les années 60 avec "Na Na Hey Hey Kiss Him Goodbye". Cette chanson a ensuite été reprise par un certain nombre d'autres artistes, notamment Bananrama, Crazy Frog et le groupe canadien A cappella les Nylons, et est devenue une favorite dans les stades de hockey lors des matchs éliminatoires.

Les années 1970

Les années 1970 ont été la décennie qui a vu le plus de merveilles à un coup atteindre la première place avec un total de 23. Le premier acte de ce genre a choqué Blue avec leur numéro un de février février 1970, "Venus". Ensuite, Janis Joplin, à partir de mars 1971, avec "Me and Bobby McGee". Il est difficile d'imaginer qu'une icône culturelle telle que Janis Joplin, dont la musique est devenue synonyme de l'ère du Vietnam, tombe dans la catégorie des merveilles à un coup mais "Moi et Bobby McGee était son seul succès dans les charts.

L'actrice, comédienne et chanteuse Vicki Lawrence, qui est surtout connue pour les nombreux personnages qu'elle a joués dans le spectacle de Carol Burnett, a joué en avril 1973 avec "The Night the Lights Went Out in Georgia". En 1973 également, les Stories avec leur tube d'août "Brother Louie".

Le chanteur, auteur-compositeur et producteur de disques canadien Terry Jacks a inscrit une chanson numéro un en mars 1974 avec "Seasons in the Sun". Il avait à l'origine écrit cette chanson pour les Beach Boys, mais quand ils ont décidé de ne pas la sortir, il a enregistré la chanson lui-même sur son propre label, Goldfish Records. Le single s'est vendu à 14 millions d'exemplaires dans le monde et est devenu l'un des singles canadiens les plus vendus de tous les temps. Terry Jacks a également eu quelques tubes antérieurs avec son groupe The Poppy Family, qu'il avait formé avec son épouse Susan.

En avril 1974, TSOP (The Sound of Philadelphia) était en tête des charts avec MFSB. Le groupe pop britannique Paper Lace l'a fait en août 1974 avec leur chanson, sur une fusillade mortelle mais historiquement inexacte entre la police de Chicago et le gang d'Al Capone, "The Night Chicago Died". Kung Fu Fighting a donné à Carl Douglas un succès numéro un en décembre 1974.

"Lovin You" de Minnie Riperton est allée à la première place en avril 1975. Toujours en 1975, à partir de juillet de la même année, la chanson de Van McCoy a lancé un engouement pour la danse, "The Hustle".

1976 a été la plus grande année pour les merveilles à un coup, atteignant le premier rang avec six actes atteignant la première place. Le premier d'entre eux était John Sebastion, de mai de la même année, avec la chanson thème de la série télévisée à succès Welcome Back Kotter, "Welcome Back". En juillet, c'était "Afternoon Delight" du Starland Vocal Band; Août était "Don't Go Breaking my Heart" de Kiki Dee, et septembre était "Play That Funky Music" de Wild Cherry. Octobre a vu deux chansons inhabituelles en tête. Tout d'abord, Walter Murphy et le Big Apple Band avec leur reprise disco de la 5e symphonie de Beethoven, "A Fifth of Beethoven", suivis de Rick Dees et de son casting d'idiots avec "Disco Duck".

David Soul, mieux connu pour son rôle de Hutch dans la série télévisée à succès Starsky and Hutch des années 70, est devenu numéro un en avril 1977 avec "Don't Give Up On Us Baby". En juillet de la même année, c'était Bill Conti avec le thème du film Rocky, "Gonna Fly Now", et en octobre Debbie Boone a frappé avec "You Light Up My Life".

Seule une seule merveille à un coup a atteint le numéro un en 1978, et c'était Nick Gilder avec "Hot Child in the City". 1979 a vu une paire de chansons disco faire. Amii Stewart avec "Knock on Wood" en avril et Anita Ward avec "Ring my Bell" en juin. Pour terminer la décennie, M avec "Pop Muzik", en novembre.

"Pop Muzik", M

Les années 80

Lipps Inc. a commencé les choses dans les années 1980 avec son numéro un de mai 1980, "Funky Town". Deux ans plus tard, en mai 82, le compositeur grec Evangelos Odysseas Papathanassiou, mieux connu sous le nom de Vangelis, a décroché la première place avec "Chariots of Fire", le thème du film du même nom, pour lequel Vangelis a écrit l'intégralité de la partition. . Il a également écrit la partition musicale de Blade Runner, Missing Antarctica, 1492: Conquest of Paradise et Alexander. Toni Basil a suivi en décembre avec "Mickey".

En février 1983, c'était Patti Austin avec "Baby, Come to Me". Puis, en avril de la même année, un groupe de pop anglais, Dexys Midnight Runners, est arrivé en tête du palmarès Billboard avec sa chanson "Come on Eileen". Ce fut leur seule chanson à frapper aux États-Unis, même s'ils ont eu un autre hit numéro un au Royaume-Uni avec "Geno", et six autres singles arrivent dans le top 20 des charts britanniques.

Il a fallu deux ans de plus à une autre merveille à succès pour atteindre la première place, à savoir les États-Unis pour l'Afrique avec leur single caritatif "We Are the World". Il s'agit d'un cas unique dans la mesure où cette chanson a été enregistrée par un groupe d'artistes et d'interprètes réunis spécifiquement pour ce projet; de libérer un single dont les profits iraient à la famine en Afrique. "We Are the World" a été écrit par Michael Jackson et Lionel Richie, et comprenait des artistes notables comme Bob Dylan, Stevie Wonder, Ray Charles, Billy Joel, Bruce Springsteen et bien d'autres. À ce jour, ce single a recueilli plus de 100 000 000 $ pour une œuvre caritative.

En novembre 1985, Jan Hammer a frappé avec le "Miami Vice Theme". C'était en janvier 1987 avant que l'exploit ne soit à nouveau accompli, avec "Shake you Down" de Gregory Abbot. En novembre de la même année, Bill Medley a marqué avec (I've Had) The Time of my Life, de la dernière scène de danse du film Dirty Dancing, où Johnny (Patrick Swayze) amène Baby (Erin Gray) sur scène à la fin de la revue de saison chez Kellerman, et impressionne tout le monde: "Personne ne met bébé dans un coin."

Le seul acte à le faire en 1988 était Bobby McFerrin avec sa petite chanson édifiante "Don't Worry, Be Happy" de septembre de la même année. Finir les années 80 était le shérif avec "When I'm With You", de février 1989.

Les années 1990

Les années 1990 ont vu seulement huit merveilles à un coup atteindre la première place. Le premier d'entre eux était Sinead O'connor, avec son tube d'avril 1990, "Rien ne vous compare". Bien que cette auteure-compositrice-interprète irlandaise controversée ait publié un total de 10 albums solo, de nombreux singles, des chansons pour des films et des collaborations avec d'autres artistes, le fait de n'avoir qu'une seule chanson dans le top 100 des tableaux d'affichage la place parmi les merveilles d'un seul coup.

Loleatta Holloway a frappé le numéro un en octobre 1991 avec "Good Vibrations". En février 1992, Right Said Fred l'a fait avec leur tube de nouveauté "I'm Too Sexy", qui est rapidement devenu un favori lors des mariages, avec de nombreux mariés retirant une jarretière ou dansant avec les femmes de chambre pendant que ce groupe chantait sur tous les choses pour lesquelles, et par extension, le marié, étaient trop sexy pour.

Sir mix-a-lot a frappé en juillet 1992 en chantant sur les vertus d'un grand derrière avec "Baby Got Back". The Heights l'a fait en novembre de la même année avec "Comment parlez-vous à un ange". "A Whole New World", a été numéro un pour Regina Belle en mars 1993. Ini Kamoze a atteint la première place en décembre 1994 avec "Here Comes the Hotstepper", et Coolio feat LV a terminé les années 90 avec "Gangsta's Paradise" ", et a inspiré la parodie de Weird Al Yankovic" Amish Paradise ".

Les années 2000

Le XXIe siècle a, jusqu'en 2015, vu 21 merveilles à un coup arriver au premier rang. Le premier était The Product G & B avec "Maria Maria", en avril 2000. Ricardo "RikRok" Ducent a suivi en février 2001 avec "It Wasn't Me". En mars de la même année, c'était Crazy Town avec "Butterfly". Il a fallu plus de trois ans pour que l'exploit se répète lorsque Souja Slim est devenu numéro un en août 2004 avec "Slow Motion". Toujours en août 2004, Terror Squad avec son hit Hip Hop "Lean Back".

2006 a été une grande année pour les prodiges à succès avec cinq actes qui ont atteint la première place, dont deux en janvier. Le premier fut D4L avec "Laffy Taffy", suivi d'Ali & Gipp avec "Grillz". James Blunt est venu ensuite en mars avec "You're Beautiful", et Daniel Powter l'a fait en avril avec "Bad Day". Taylor Hicks a terminé l'année 2006 en posant la question musicale "Do I Make You Proud", à partir de juillet de la même année.

Il a fallu un peu moins de deux ans pour qu'une autre merveille à un coup atteigne le numéro un, et c'était Static Major avec "Lollipop", en mai 2008, et encore trois ans avant "LMFAO Rock Party Anthem" de Lauren Bennett et GoonRock. en juillet 2011. 2012 a vu l'exploit accompli deux fois. Janelle Monae l'a fait en mars avec "We are Young", puis Gotye et Kimbra avec le tube international "Somebody That I Used to Know".

Quatre merveilles à succès ont atteint la première place en 2013: Wanz avec "Thrift Shop" (février), Baauer avec "Harlem Shake" (mars), Nate Ruess avec "Harlem Shake" (avril) et Ray Dalton avec "Can't Can't Us" (mai). Magic l'a fait en juillet 2014 avec "Rude". 2015 a vu deux actes atteindre la première place. Mark Ronson a été le premier en janvier avec "Uptown Funk", suivi par OMI avec "Cheerleader (remix)", en juillet.

Merveilles à un coup?

Tant qu'il y a eu les tableaux d'affichage, il y a eu des merveilles à un coup, et il y en aura probablement toujours, et beaucoup d'entre eux continueront à atteindre le numéro un, mais il est clairement évident que cette nomenclature est très mal approprié. Beaucoup de ces soi-disant merveilles à un coup ont eu des coups sur d'autres cartes américaines ou internationales. Ou avoir, au fil des années de travail acharné et de production créative, malgré un seul hit, avoir accumulé de nombreux succès cultes, ou avoir eu des succès populaires en dehors du classement des charts. Les «vraies» merveilles à un coup, les personnes ou les groupes qui explosent sur la scène avec un hit graphique et disparaissent ensuite de la musique pour ne plus jamais être entendus, sont rares. Et indépendamment du fait que l'un ou l'autre des artistes répertoriés ici ait eu, ou aura jamais, un autre hit, ils nous ont donné de la bonne musique.

Étiquettes:  vacances aliments jeux-hobbies 

Des Articles Intéressants

add